Chronologie du Cambodge de 1960 à 1990

Compteur d'audience

 
 

Cambodge

Avis

Photos

Poésie

Accueil

 
   
 

Moteur interne



Le livre d'or

 

Extrait du livre Les clés du Cambodge, Raoul M. Jennar.

1982

Phnom-Penh, ville en ruine après la fuite des Khmers rouges, 1979.

1er janvier: Sihanouk, au moment de quitter la France, déclare qu'il abandonne ses efforts pour engager un dialogue avec Hanoï et qu'il est prêt à conduire une coalition anti-vietnamienne. Il est assuré de pouvoir créer rapidement une armée de 100000 hommes à l'intérieur du Cambodge pourvu qu'on lui fournisse armes et munitions. Il considère Son Sann comme un facteur de division des forces anti-vietnamiennes et se dit prêt à former une coalition avec les Khmers rouges, sans le "pro-américain" Son Sann. Création de l'UNBRO, qui se substitue à l'UNHCR pour venir en aide aux réfugiés, non reconnus comme tels, installés en Thaïlande. L'UNBRO relève de l'ONU. Elle sera étroitement associée au soutien de certains pays aux factions hostiles au régime de Phnom Penh.
11 janvier: accord de coopération militaire entre la RPK et la RDA.
30 janvier: accords de coopération culturelle, scientifique et agricole entre la RPK et l'URSS.
3 février: Hun Sen conduit une délégation du PRPK au 24è congrès du PC français, à Paris.
5-11 février: deuxième session de l'Assembée nationale qui prend une série de décisions en vue de mettre en oeuvre la Constitution et approuve les modifications intervenues dans le gouvernement. Chan Si est président du Conseil.
11 février: rencontre Sihanouk-Khieu Samphan à Pékin. Son Sann, soutenu par les pays de l'ASEAN qui redoutent une trop forte ingérence chinoise en Asie du Sud-Est, a refusé de participer à la réunion.
12 février: une étude publiée par les autorités de Phnom Penh signale le développement d'un véritable «baby boom» : le taux de natalité est de 5,5 %, et le taux de croissance de la population serait de 5,24 %, un des plus élevés du monde.
16-18 février: à Vientiane, 5e conférence des ministres des affaires étrangères de l'lndochine avec le Vietnamien Nguyen Co Thach, le Cambodgien Hun Sen et le Laotien Kamphai Boupha. Le communiqué final déclare que les troupes vietnamiennes se retireront du Cambodge «lorsque cessera la menace de l'expansionisme hégémonique chinois».
27 février: à Genève, la Commission des droits de l'homme de l'ONU condamne l'occupation du Cambodge par le Vietnam comme une violation des droits de l'homme des Cambodgiens.
7 juillet: signature à Ho Chi Minh Ville d'un traité vietnamo-cambodgien sur les «eaux historiques» séparant les deux pays. Le Vietnam, dont les troupes présentes au Cambodge sont estimées à 175.000 hommes, annonce un retrait «signilicatif» de soldats vietnamiens du Cambodge. Le même jour, réunion de certains membres du GCKD sur une portion du territoire cambodgien qui fait face au camp de Khao I Dang.
15 juillet: premier retrait partiel de troupes vietnamiennes.
16 juillet: la RPK adopte des mesures en vue de renforcer les capacités de son armée.

Avant de fuire de Phnom-Penh, les troupes khmères rouges font sauter les ponts, détruisent les bâtiments, les routes... Ici les ruines du pont Chrui Chanvar, le plus grand pont du Cambodge. Il fut dynamité pendant le guerre (1973?), avant la chute de Phnom-Penh. 

19 juillet: début de la construction de ce qui sera connu sous le nom de «mur de bambou» : sorte de ligne Maginot cambodgienne à la frontière thaïlandaise destinée à empêcher les incursions des forces du GCKD disposant de sanctuaires en Thaïlande. Cette construction baptisée plan K 5 prévoit le défrichage d'une large bande frontalière, l'installation de fortins, le percement de canaux, la construction de palissades en bambou, le placement de barbelés et de mines. Le plan K5 va mobiliser des dizaines de milliers de personnes dont beaucoup mourront d'épuisement ou de maladie ou seront victimes des mines.
13 septembre: nouvelle directive concernant l'installation des résidents vietnamiens.
22 septembre: la RPK déplore 219 violations de ses eaux territoriales par des vaisseaux de guerre thaïlandais et 46 violations de son espace aérien par des avions des forces aériennes thaïlandaises.
9 octobre: troisième directive en faveur des résidents vietnamiens.
13 octobre: le FUNCINPEC accorde une concession à une firme thaïlandaise portant sur la vente d'un million de mètres/cube de bois de construction.
28 octobre: Khieu Samphan, Sihanouk et Son Sann à New York où l'Assemblée générale des Nations Unies reconnaît le GCKD comme légitime représentant du peuple cambodgien. La résolution présentée par l'ASEAN est adoptée par 105 voix pour, 23 contre et 20 abstentions.
4-20 novembre: Sihanouk, Khieu Samphan, puis Son Sann en visite officielle à Pékin.
10 novembre: visite officielle à Tokyo de Khieu Thirith, épouse de Ieng Sary et ministre du KD.
15 novembre: les forces de Sihanouk et Son Sann sont approvisionnées en armes et munitions occidentales à partir de Singapour.
23 décembre: signature à Hanoï d'un pacte militaire Vietnam-RPK.  

Précédente | Suivante

Cliquez sur l'année correspondante:  Accueil | 1960 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | Dates oubliées